Au Sahel, «le militaire ne peut pas tout résoudre»

Par

Pour le chercheur Marc-Antoine Pérouse de Montclos, auteur de L’Afrique, nouvelle frontière du djihad ?, il n’y a pas de djihad interconnecté de l’Orient à l’Afrique et menaçant l’Europe. Il souligne en revanche l’inefficacité des interventions militaires occidentales au Sahel, française en tête. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), Marc-Antoine Pérouse de Montclos signe aux éditions La Découverte un livre aussi déroutant que bienvenu : L’Afrique, nouvelle frontière du djihad ? Dans cet essai très documenté, enquête au plus près des leaders musulmans, des combattants, des responsables des services de sécurité et s’appuyant sur des données économiques, sociologiques, politiques, pas seulement religieuses, ce spécialiste de l’Afrique déconstruit les idées reçues et les discours dominants concernant le djihad en Afrique.