Au Ghana, l’Occident jette ses déchets en toute impunité

Par François Hume-Ferkatadji et Olivia Macadré

Dans la banlieue d’Accra, une décharge à ciel ouvert est devenue le lieu de toutes les toxicités. Des milliers de tonnes de déchets pour un désastre écologique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Accra (Ghana), envoyés spéciaux.– Il fait un soleil de plomb, le vacarme est assourdissant et l’odeur pestilentielle. Dans les venelles du bidonville d’Old Fadama, la boue vaseuse couleur pétrole colle aux semelles. Au bout de la marée métallique de toits en tôle, des colonnes de fumée noire s’échappent de l’horizon. Cet endroit est loin d’être le paradis, mais ce n’est pas non plus l’enfer. On le surnomme pourtant « Sodome et Gomorrhe ».