Joe Biden embarque des Européens réticents dans un front uni face à la Chine

Par

Aux sommets du G7 et de l’Otan, le président américain a, pour sa première tournée européenne, mis la Chine au programme des discussions. Mais une confrontation directe avec Pékin n’est pas du goût de tous ses alliés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lundi 14 juin est un jour férié en Chine, car on y célèbre la fête des bateaux-dragons. Les administrations sont fermées et c’est sûrement pour cette raison que le ministère des affaires étrangères à Pékin n’a pas réagi au début de la première tournée de Joe Biden en Europe. Celle-ci a été marquée par une volonté manifeste, lors des sommets du G7 ce week-end et de l’Otan lundi, d’embarquer les Européens dans une alliance face à la Chine avant de rencontrer mercredi à Genève un autre grand rival américain, Vladimir Poutine.