Trump et Macron, en quête mutuelle d’une stature internationale

Par

À Paris, Donald Trump cherche à rompre son isolement international et à en finir avec son statut de paria. Emmanuel Macron, profitant du vide, entend se placer comme interlocuteur privilégié des États-Unis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.-  « Paris n’est plus Paris », regrettait Donald Trump lors d’un de ses discours de campagne de 2016, en citant devant ses soutiens un mystérieux copain « Jim », habitué de la capitale française. L’ami devait faire référence à l’impact des attentats en France, mais le propos était assez vague pour laisser imaginer une ville submergée par des flots d’immigrants et de réfugiés. Le même président américain a cru bon de rappeler, pour justifier son retrait de la COP21, qu’il avait été élu par les citoyens de Pittsburgh et non par ceux de Paris, une façon de bien marquer ses distances, en se référant au cliché d’un pays sophistiqué et élitiste, si utile dans ses harangues populistes.