Thomas B. Reverdy et le Japon post-Fukushima

Par

Le monde, sans frontières géographiques ou linguistiques, est l'espace de l'écriture. Romancier et non « écrivain français », tel se revendique Thomas B. Reverdy. Dans son dernier roman, Les Évaporés, il explore le Japon post-Fukushima, le pays qui tente de se reconstruire mais aussi les affaires florissantes nées de la catastrophe puisque « la misère », elle, « est une énergie renouvelable ». Entretien avec l'auteur et extrait du roman en fin d'article.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans son précédent roman, L’Envers du monde (2010), Thomas B. Reverdy explorait l’après 11-Septembre, plaçant son récit sous l’égide d’une phrase de Baudrillard : « Ainsi, devant le Ground Zero, dans les décombres de la puissance mondiale, nous ne pouvons que retrouver désespérément notre image. » Avec Les Évaporés, Reverdy poursuit son interrogation du Power Inferno, de cette « violence du mondial », cette fois du côté du Japon et d’un 11 mars inscrit dans nos mémoires, tsunami, catastrophe nucléaire, « et tous ces gens qui erraient étaient comme à la dérive au milieu des restes de leur monde. La mer s’était retirée, mais il n’y avait plus de port où rentrer ».