Refus de rapatrier des enfants de Syrie : la France condamnée par la CEDH

Mercredi, les familles de deux Françaises détenues dans des camps avec leurs enfants ont obtenu gain de cause : l’examen de leur demande par la France n'avait « pas été entouré de garanties appropriées contre l’arbitraire ». Présent à l’audience, Albert espère le retour de son petit-fils de 3 ans qui « n’a jamais connu que ce désert et ce camp. »

Maud de Carpentier

14 septembre 2022 à 19h57

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Strasbourg (Bas-Rhin).– Elles se sont longuement serrées dans les bras, à peine sorties de la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) de Strasbourg. D’un côté, Marie Dosé, l’avocate devenue emblématique de ce dossier des Françaises détenues en Syrie avec leurs enfants, et, de l’autre, Juliette (le prénom a été modifié), l’une des grands-mères du collectif des Familles Unies. Toutes les deux ont le sourire, mais Juliette, elle, pleure aussi. « Je suis très émue, glisse-t-elle. On est tellement soulagées. Maintenant, il faut que ça se fasse, et vite. Ils ne peuvent pas passer un autre hiver là-bas. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal