Face à l’armée turque, les Kurdes signent un «pacte avec le diable»

Par RAPHAËL LEBRUJAH

Face à l’avancée des troupes turques en Syrie après le retrait américain, les Kurdes se sont alliés le 13 octobre à Damas. Les bombardements sèment la terreur. Les forces syriennes alliées aux Turcs sont accusées de crimes de guerre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kameshli (Syrie), de notre envoyé spécial.– Les forces turques et leurs alliés de l’Armée nationale syrienne (ANS) – des groupes rebelles syriens regroupés par Ankara – sèment la mort à mesure de leur avancée dans le nord-est de la Syrie. La situation sur place se dégrade de jour en jour depuis le déclenchement de l’offensive le 9 octobre, après l’annonce par le président Donald Trump du retrait des troupes américaines. Les militaires turcs et leurs supplétifs de l’ANS avancent sur deux fronts, l’un à Tell Abyad et l’autre à Serekaniye.