En Côte d’Ivoire, une investiture en demi-teinte pour Alassane Ouattara

Par FRANÇOIS HUME-FERKATADJI et OLIVIA MACADRÉ

Réélu le 31 octobre à l’issue d’un scrutin contesté, le président ivoirien est poussé malgré lui vers une médiation avec ses rivaux de l’opposition. Devant les caméras, on se dit prêt au dialogue. En coulisses, on joue la montre et on oppose la fermeté.



 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Abidjan (Côte d’Ivoire).– Il avait d’abord été évoqué une grande célébration, semblable à celles des précédentes prestations de serment dans la capitale politique ivoirienne Yamoussoukro. En 2011, plusieurs dizaines de milliers de personnes et plus d’une vingtaine de chefs d’État et de personnalités de grande envergure s’étaient massées lors d’une cérémonie fastueuse pour honorer Alassane Ouattara qui accédait pour la première fois au poste suprême.