Afrique du Sud: Ramaphosa récupère le triste héritage de l'ère Zuma

Par

Après des semaines de négociations et de psychodrames, le président sud-africain Jacob Zuma a finalement accepté de quitter son poste et de céder sa place à Cyril Ramaphosa. Ce faisant, il aura raté sa sortie de la même manière qu'il a saboté le pays durant ses huit années de mandat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il aura donc fallu l’arracher de ses fonctions de président de l’Afrique du Sud à coups de démonte-pneu. Jacob Zuma, qui s’était toujours proclamé « fidèle soldat de l’African National Congress », a finalement dû être menacé d’une motion de censure de la part de son propre parti après plusieurs semaines de négociations et de psychodrames. En s’accrochant jusqu’au bout à son fauteuil (contrairement à son prédécesseur Thabo Mbeki, qui était devenu mal-aimé lui aussi et qui avait démissionné en 2008), Zuma sera parvenu à rater sa sortie de la même manière que son mandat et demi.