Carmen Castillo : d’Allende à Boric, la mémoire et la lutte

Alors que ressortent deux de ses textes hantés par le coup d’État contre Salvador Allende en 1973, la cinéaste franco-chilienne Carmen Castillo raconte comment la résurgence de la mémoire de l’Unité populaire a permis la victoire de Gabriel Boric au Chili.

La mémoire et la lutte font partie de la vie de Carmen Castillo. Ancienne militante du MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire) au Chili, elle a résisté sous la dictature de Pinochet, avant de connaître l’exil forcé en 1974. Elle raconte dans quelles circonstances tragiques, marquées par l’assassinat de son compagnon, le leader du MIR, Miguel Enríquez, dans Un jour d’octobre à Santiago, initialement publié en 1980 et republié aux éditions Verdier (256 pages, 19 euros). 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié