Elections israéliennes: le dernier recours de Netanyahou

Par

Le premier ministre israélien comptait sur les élections législatives de mardi 17 septembre et sur une campagne incendiaire pour obtenir une majorité disposée à le protéger des poursuites pour corruption qui le guettent. Il risque fort d’être déçu. Il pourrait même, dans la panique, entraîner son pays dans un chaos politique de tous les dangers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour la seconde fois en six mois, les Israéliens vont élire mardi les 120 membres de leur Assemblée législative, la Knesset. Et peut-être ouvrir du même coup une crise politique et constitutionnelle sans précédent. Le dernier scrutin, le 9 avril, qui anticipait de sept mois un renouvellement prévu pour le 5 novembre, avait donné une victoire sur le fil au Likoud du premier ministre Benjamin Netanyahou. Avec 26,46 % des voix et 35 sièges, son parti avait réussi à devancer Bleu et blanc, le nouveau parti de l’ancien général Benny Gantz, qui avait obtenu le même nombre de sièges avec 26,13 % des voix.