En Espagne, 655 rues rendent hommage au franquisme

Alors que le gouvernement espagnol a publié mardi un projet de loi sur la mémoire du franquisme, Mediapart s’est penché sur le répertoire des rues d’Espagne : 68 d'entre elles portent encore le nom de Franco, et plusieurs centaines rendent hommage à la dictature.

Marti Blancho

15 septembre 2020 à 17h50

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Franco est toujours bien présent dans les rues d’Espagne. Quelque 104 lieux –  cinquante-trois rues, huit avenues, cinq « traversées », deux ruelles et trente-six places – font toujours référence au dictateur en 2020. Des îles Baléares jusqu’en Galice (Nord-Ouest du pays), on peut se balader le long de l’avenue Generalísimo ou de la rue Caudillo, surnoms donnés au dictateur qui a dirigé l’Espagne pendant trente-six ans.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers articles data

Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Accidents du travail : le fléau invisible
Accidents du travail : une hécatombe à bas bruit
Le travail abîme, broie, tue. Dans chacune des villes où est implanté notre partenaire Mediacités, Lille, Lyon, Toulouse et Nantes, et partout en France, des dizaines de personnes perdent la vie à leur poste chaque année. Un fléau difficile à cerner, malgré le pire taux de décès au travail européen.
par Benjamin Peyrel (Mediacités)
Éducation et enseignement supérieur
Mixité sociale à l’école : le privé ne joue pas le jeu, et cela se voit de plus en plus
Des données sur « l’indice de position sociale » des écoles et collèges, que le ministère a été contraint de publier mercredi, confirment à quel point l’école privée sous contrat se préoccupe peu de mixité sociale. Un « tabou » qui pèse lourd sur l’école publique, qui concentre toutes les difficultés.
par Mathilde Goanec et Donatien Huet
La guerre russe contre l’Ukraine
Aide militaire à l’Ukraine : le moindre effort de la France
L’Élysée a annoncé lundi avoir « pris de nouvelles dispositions pour soutenir militairement l’Ukraine ». Jusqu’à présent, l’exécutif s’est surtout réfugié derrière le secret des opérations pour masquer la relative faiblesse de son aide.
par Justine Brabant et Donatien Huet

À la Une de Mediapart

Asie et Océanie — Analyse
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Asie et Océanie — Entretien
« Je ne vois pas comment cet embrasement s’arrêterait »
Il y a une semaine, les ouvriers de la plus grosse usine de production d’iPhone se révoltaient, ouvrant la voie à un mouvement de protestation dans toute la Chine, exaspérée par la politique « zéro Covid ». Entretien avec la sociologue Jenny Chan, spécialiste du monde ouvrier chinois.
par Eric Sautedé
À l’air libre
IVG dans la Constitution : « On ira jusqu’au bout »
Jeudi 24 septembre, l’Assemblée a voté un texte historique : l’inscription dans la Constitution du droit à l’avortement, première étape d’un chemin encore long. Sur notre plateau, une cinéaste, une députée et une militante qui luttent pour le droit des femmes à disposer de leur corps.
par À l’air libre
Justice — Reportage
À la mairie de Saint-Étienne : « Après Perdriau maître chanteur, voici Perdriau maître censeur »
Un nouveau conseil municipal sous tension s’est tenu lundi à Saint-Étienne, dix jours après la censure préalable d’un article de Mediapart. Les appels à la démission du maire se sont multipliés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel de ville. Inflexible, Gaël Perdriau a déclaré qu’il ne démissionnera pas, même s’il est mis en examen. 
par Mathieu Martinière (We Report)