La «honte de voler» ralentit le trafic aérien en Suède

Par

Le flygskam, « la honte de voler » en suédois, est un phénomène majeur dans l’espace public suédois. Il a sans doute joué un rôle dans la chute du trafic aérien de ce pays. Mais le mouvement et ses effets connaissent certaines limites.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est le nouveau mot scandinave à la mode : le flygskam. Le terme, qui signifie littéralement la « honte de prendre l’avion », est devenu la bête noire des compagnies aériennes. Le risque est celui d’un mouvement profond de société conduisant à une sous-évaluation symbolique de l’usage du transport aérien. En Suède, le phénomène de société est indéniable, mais son impact réel est encore discuté.