Yaroslav Hrytsak: « Le nationalisme ukrainien est pluriel »

Par

L'historien ukrainien Yaroslav Hrytsak répond aux questions que soulève la “révolution” de la place Maïdan : absence d'une gauche digne de ce nom, présence pesante des Églises d'Orient et d'Occident, travail de mémoire aussi nécessaire qu'incertain, nationalismes à définir...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au début de ce mois de février, en reportage à Lviv, impossible de mettre la main sur l'historien du cru, Yaroslav Hrytsak. Né en 1960, spécialiste du nationalisme ukrainien, capable d'une distance critique qui lui vaut les foudres du parti d'extrême droite Svoboda, cet intellectuel fécond, dans la grande tradition de “l'Autre Europe”, était sans cesse sur la route, entre Lviv et Kiev. Requis par l'Euromaïdan, le mouvement moral, politique, social, qui fermente d'ouest en est et dont la place Maïdan, dans la capitale, se révèle l'épicentre.