A Lod, la ville où tout se brise entre Juifs et Arabes d’Israël

Par Emmanuelle Elbaz-Phelps

Il y a quelques jours encore, la cohabitation entre Juifs, Arabes, chrétiens et musulmans régnait à Lod, ville mixte du centre d’Israël. Tout a changé : la violence entre communautés a explosé, alimentée par les extrémistes de chaque camp, et l’espoir est ébréché.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lod (Israël).– Cela aurait dû être l’heure de pointe, entre les sorties de travail et les départs en week-end prolongé à l’occasion de la fête juive de Shavouot. L’autoroute aurait dû être impraticable mais, ce 13 mai, à 17 heures, il n’y a aucun embouteillage entre Tel-Aviv et Lod. Ce ne sont plus les confinements imposés par la pandémie de Covid qui enferment, cette fois-ci, les Israéliennes et Israéliens chez eux, mais l’angoisse d’être surpris loin d’un abri par une alerte aux tirs de roquettes depuis Gaza.