«Macrongate» : des néonazis américains dans la présidentielle française

Deux ans après l’élection présidentielle française, Le Monde révèle de nouveaux documents qui montrent l’implication d’un groupe de suprémacistes américains dans des opérations de déstabilisation politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je vais peut-être réussir à mettre le feu à la France. Je ne rigole pas. Je n’ai pas dormi depuis des jours. » À Paris, c’est le beau milieu de la nuit, ce 6 mai 2017, lorsque ce message est publié, un peu plus de vingt-quatre heures avant l’ouverture des bureaux de vote pour le deuxième tour de l’élection présidentielle. Et le paysage politique est déjà passablement embrasé : quelques heures plus tôt, un internaute anonyme a publié en ligne le contenu des boîtes e-mail de cinq membres de l’équipe de campagne d’En marche.