Turquie: Erdogan survit à une tentative de putsch

Par

Après une nuit de violences et d'incertitude, et plus de 194 morts, le gouvernement turc a repris le contrôle du pouvoir aux militaires putschistes qui ont tenté de le renverser. 

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Samedi matin 16 juillet, à l’heure où le soleil se levait sur le Bosphore – et donc sur l’Europe –, le président turc Recep Tayyip Erdogan semblait avoir repris le dessus sur le coup d’État militaire qui a tenté de le chasser du pouvoir vendredi soir, après une nuit de violences qui aurait causé la mort d’au moins 194 personnes (41 policiers, 47 civils et 106 «militaires et putschistes»), ainsi qu'un millier de blessés. Alors qu'il était en vacances sur les bords de la mer Égée, et après que les putschistes ont tenté de bombarder la ville où il résidait, Erdogan est retourné à Istanbul samedi matin. Il a été accueilli à l’aéroport par une foule de ses supporters, qui est parvenue à briser l’encerclement militaire de l’aérodrome.

« La Turquie possède un gouvernement démocratiquement élu et un président », s’est empressé de déclarer le chef de l’État après son retour. « Nous contrôlons la situation et  nous exercerons notre pouvoir jusqu’au bout. Nous n’abandonnerons pas notre pays à ces envahisseurs. Tout ceci va bien se terminer. » Il a qualifié les putschistes de « minorité au sein de nos forces armées ». Le premier ministre Binyali Yildirim, qui était celui à avoir alerté sur la tentative de coup d’État en cours vendredi 15 juillet au soir, s’est exprimé de son côté en annonçant l’arrestation d’au moins 3.000 soldats rebelles capturés par des soldats restés loyaux au gouvernement. Il a promis que tout avion ou hélicoptère qui serait aux mains des putschistes serait immédiatement abattu. Durant la nuit, des images avaient montré un hélicoptère rebelle en train de tirer sur l’immeuble des services de renseignement militaire turcs. Il a également envisagé le rétablissement de la peine de mort - qui n'existe plus en Turquie - pour les responsables de cette tentative de renversement.

Samedi, en milieu de matinée, Umit Dundar, le chef d’état-major des armées par intérim – fidèle au gouvernement – a annoncé que 106 soldats putschistes avaient été tués. Désireux de rassurer sur le fait que la Turquie ne retombait pas dans l’habitude des coups d’État qui ont constitué l’ordinaire du XXe siècle, il a expliqué que « le peuple est descendu dans la rue et a donné de la voix en faveur de la démocratie. La nation n’oubliera pas cette trahison. L’armée a définitivement tourné la page des coups militaires. Ceux qui ont trahi leur pays ne resteront pas impunis ! ». Le ministre des affaires européennes Omer Celik, interrogé sur une chaîne de télévision, a estimé que le gouvernement avait repris le contrôle de « 90 % de la situation », bien que des officiers soient toujours retenus en otage par les auteurs du coup.

Erdogan s'adressant à la presse après être revenu à Istanbul

D’autres images, diffusées samedi matin sur différentes télévisions, montraient également des policiers en train d’arrêter des militaires qui avaient pris place sur la grande place stambouliote, Taksim, la veille au soir. Ces soldats s’étaient également emparés d’une chaîne de télévision, désormais revenue aux mains des loyalistes. À six heures du matin (cinq heures à Paris), les deux aéroports d’Istanbul, ainsi qu’un des grands ponts traversant le Bosphore, étaient rouverts après avoir été fermés pendant la nuit.

Ce retournement de situation, par rapport au début du coup d’État lorsque une partie de l’armée s’était emparée d’un certain nombre de points stratégiques à Istanbul et à Ankara, la capitale politique, semble être dû à la mobilisation des supporters du président Erdogan et de son gouvernement. Ces derniers les avaient appelés à descendre dans la rue pour défendre la démocratie. Cette exhortation a visiblement été entendue, puisque des foules entières ont défié le couvre-feu imposé par les putschistes et se sont mises à encercler des véhicules militaires et à tenter de briser des barrages, souvent au péril de leur vie.

Au lever du jour, les caméras de télévision découvraient des images de cadavres dans les rues et de destructions dans Istanbul et autour du Parlement à Ankara. D’après plusieurs descriptions circulant sur les médias turcs, un grand nombre de personnes seraient mortes après que des obus de tanks ont été tirés sur les partisans du gouvernement. Par ailleurs, la situation ne semblait pas complètement stabilisée dans le centre d’Istanbul où il y avait encore des coups de feu. Les putschistes, qui se sont regroupés sous le nom « Le mouvement de la paix à la maison », ont même publié un communique de presse pour annoncer leur intention de continuer à se battre.

Les auteurs du coup d’État, une faction d’officiers se réclamant de la mouvance laïque, n’ont pas non plus reçu le soutien de l’opposition, qui critique pourtant régulièrement la dérive autocratique d’Erdogan. Le HDP (parti démocratique du peuple), issu de la mouvance kurde et l’un des plus critiques du président, a publié un communiqué pour défendre ce dernier en expliquant que « la seule solution passe par la politique et la démocratie ».

De manière assez classique, le gouvernement et ses fidèles ont désigné la mouvance du rival historique d’Erdogan, Fethulla Gülen, comme l’inspirateur et le responsable de ce soulèvement militaire. Gülen, qui vit en exil aux États-Unis, a répondu par un communiqué : « Je condamne, dans les termes les plus forts, cette tentative de coup militaire en Turquie. Le gouvernement doit être conquis par un processus d’élections libres et équitables, et non pas par la force. Ayant souffert sous de multiples coups militaires durant les cinq dernières décennies, je trouve cela particulièrement insultant d’être accusé d’avoir le moindre lien avec une telle tentative. »

  • Quelques vidéos marquantes de la nuit de vendredi à samedi en Turquie :

Des soldats putschistes qui barraient un pont sur le Bosphore se rendent samedi 16 juillet au matin. © DAILY SABAH

Une vidéo montrant des policiers qui essaient de reprendre le contrôle de la chaîne de télévision CNN Türk aux militaires putschistes

Un hélicoptère tirant sur la foule à Ankara

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Cet article est régulièrement mis à jour au fur et à mesure de l'évolution de l'actualité du samedi 16 juillet.