Pendant l’été, la crise continue (14/15) Traité européen: tous nos articles sur le TSCG Analyse

Mario Monti peut-il s'asseoir sur les parlements nationaux?

Le président du Conseil italien s'est plaint, début août, du rôle joué par les parlements dans la crise de l'euro, accusés de ralentir les prises de décision. Au-delà de la provocation, Mario Monti met le doigt sur l'extrême lenteur du processus législatif de l'Union. Mais peut-on faire autrement ?

Ludovic Lamant

17 août 2012 à 17h59

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Les creux de l'été n'ont pas apaisé Mario Monti. Dans un entretien à l'hebdo allemand Der Spiegel du 6 août, le président du Conseil italien s'en est pris au pouvoir, qu'il juge exagéré, des parlements nationaux dans la gestion de la crise de l'euro. « Si les gouvernements doivent se laisser complètement brider par les décisions de leurs parlements sans préserver leur marge de négociation, l'Europe risque davantage d'éclater que de renforcer son intégration », a assuré Monti (lire l'intégralité de l'entretien en anglais).
Dans la ligne de mire de l'Italien, qui n'en est plus à une polémique près : le Bundestag allemand, mais aussi le tribunal de Karlsruhe (la Cour constitutionnelle allemande), qui ont tous deux leur mot à dire sur chacune des décisions prises par Angela Merkel lors des Conseils européens à Bruxelles. La mise en marche du tant attendu Mécanisme européen de stabilité (MES), ce « FMI à l'européenne », censé venir en aide, à court terme, à l'Espagne ou l'Italie, est ainsi reportée depuis des semaines, dans l'attente de la décision des sages de Karlsruhe, le 12 septembre prochain. Ces derniers jugeront de sa conformité avec la Grundgesetz, la loi fondamentale du pays.
« Il serait bon que l'on revienne à un peu de calme dans le débat », a éludé le porte-parole du gouvernement allemand, Georg Streiter, en réaction à l'entretien. « Le contrôle parlementaire constitue une condition préalable à toute décision », a répondu, de son côté, le ministre allemand des affaires étrangères, Guido Westerwelle, qui milite par ailleurs pour l'organisation d'un référendum sur l'Europe, en Allemagne (contre l'avis de la chancelière).

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Enquête
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
International — Analyse
par Rémi Carayol
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias
Couvrir l’extrême droite, affronter la violence politique
Travailler et enquêter sur l’extrême droite en France, c’est s’exposer à des menaces, du cyberharcèlement, des insultes et du dénigrement. Et dans un milieu très masculiniste, être une journaliste femme est un facteur aggravant. Dénoncer ce déferlement de haine par la voie de l’interpellation ou le canal judiciaire n’a rien d’évident.
par Mathilde Goanec et David Perrotin
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange

Nos émissions