Temps partiel et précarité: 7 millions d'Allemands veulent travailler plus

Par

C'est l'envers des (relatifs) bons chiffres du chômage allemand : l'explosion des temps partiels et, en l'absence de salaire minimum, des travailleurs pauvres. Du travail sans perspective qui concerne surtout les femmes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un sondage publié mercredi 15 août par l’Office fédéral des statistiques allemand (Destatis) indique que 7,4 millions d'Allemands aimeraient “travailler plus pour gagner plus”. Ce n'est pas le retour via l'Allemagne d'un discours qui fit la fortune de la droite française, mais la simple conséquence du développement des emplois à temps partiel, et de l'absence de salaire minimum.