En Israël, des ultraorthodoxes se battent pour une éducation moins religieuse

Par

Sous la pression de ses alliés religieux, le gouvernement israélien a renoncé à imposer l’apprentissage des matières généralistes dans les écoles ultraorthodoxes. Une décision dénoncée par certains membres de la communauté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jérusalem, correspondance.- C’est une nouvelle victoire pour les partis religieux, alliés du gouvernement Netanyahou. La Knesset a voté le 2 août dernier, par 41 voix contre 28, l'abandon d'une loi qui imposait aux écoles juives ultraorthodoxes de dispenser une dizaine d’heures par semaine de mathématiques, de sciences et d’anglais à leurs élèves, si elles souhaitaient continuer à percevoir l'aide de l'État. Une réforme qui avait été mise sur les rails par l’ancien ministre des finances et chef du parti Yesh Atid (« Il y a un futur »), Yaïr Lapid, avant qu’il ne soit débarqué du précédent gouvernement en décembre 2014. Fin 2015, la Knesset avait également amendé une autre réforme promue par Yesh Atid, obligeant les juifs ultraorthodoxes à effectuer leur service militaire. Ils peuvent finalement repousser leur service à 2023.