Selon l'Onu, Israël a bel et bien commis des crimes de guerre à Gaza

Par
Rendu public mardi 15 septembre, un rapport de 575 pages de la mission du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU affirme détenir les preuves des crimes de guerre commis par Israël, et par le Hamas, lors de l'opération israélienne menée à Gaza. À peine publié, le texte a déjà été rejeté par le gouvernement israélien, qui n'avait pas autorisé les enquêteurs à entrer sur le sol israélien et affirme travailler de son côté sur plus de «100 allégations» de ce type.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les ONG attendaient ce rapport avec impatience depuis des mois. À Gaza cet hiver, les troupes israéliennes auraient donc bien commis des «crimes de guerre, et peut-être des crimes contre l'humanité», selon les Nations unies. Dans un rapport de 575 pages rendu public mardi 15 septembre, la mission du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu accuse Israël d'avoir fait un usage disproportionné de la force et violé le droit humanitaire international lors de cette guerre. «Nous sommes arrivés à la conclusion, sur la base des faits que nous avons réunis, qu'il y a de solides preuves établissant que de nombreuses violations graves du droit international, à la fois du droit humanitaire et des droits de l'homme, ont été commises par Israël lors des opérations militaires à Gaza», a déclaré le chef de la mission, le juge Richard Goldstone, lors d'un point de presse mardi au siège des Nations unies à New York. «La mission a conclu que des agissements pouvant constituer des crimes de guerre et peut-être, dans une certaine mesure, des crimes contre l'humanité, ont été commis par les forces de défense israéliennes», a-t-il ajouté. Dans ce rapport, l'Onu accuse également le Hamas de crimes de guerre.