Le drôle de jeu de Moscou en Syrie

Par

À l'heure où la France va s'engager dans des bombardements sur la Syrie, la Russie renforce sa présence militaire sur le terrain. Est-elle prête à accepter l’effacement du dictateur pour faciliter la création, avec les Occidentaux, d’une vaste coalition contre l’État islamique ?  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À quel jeu se livre Vladimir Poutine en Syrie ? Depuis plusieurs semaines, de nombreuses informations, pour la plupart difficiles à vérifier, semblent indiquer un renforcement substantiel de la présence et/ou de l’aide militaire russe au régime de Damas. Après avoir répété depuis le mois d’août que les gros porteurs An-124 « Condor » aperçus par des témoins sur l’aéroport international de Lattaquié, au cœur du fief alaouite encore sous le contrôle du régime, ne transportaient que des cargaisons d’aide humanitaire, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a fini par admettre, il y a quelques jours, que les appareils livraient aussi « des équipements militaires conformément aux contrats existants » signés entre les deux pays.