La crise catalane redonne de la visibilité à l’extrême droite espagnole

Par

Le spectre d’une Catalogne indépendante a réveillé le nationalisme espagnol qui s’était éteint avec la mort de Franco. Au congrès des députés, Podemos plaide pour reconnaître le délit d’apologie du franquisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La petite phrase de Pablo Casado en dit long sur les crispations du débat public, ces jours-ci en Espagne. Lors d’une conférence de presse le 9 octobre, le porte-parole du Parti populaire (PP, au pouvoir à Madrid) a mis en garde Carles Puigdemont, le président de la Catalogne, à sa manière : « Celui qui déclarera l’indépendance finira peut-être comme celui qui l’a déclarée il y a 83 ans. » Casado, parfois cité comme un possible successeur de Mariano Rajoy à la tête du PP, faisait allusion à Lluís Companys (1882-1940). Cette grande figure du catalanisme avait déclaré l’indépendance de son « pays » en 1934, avant d’être fusillée, des années plus tard, par les franquistes.