Obama peine à rassurer les Européens

Par

En tournée d’adieux à l’Europe, qui passe par la Grèce et l’Allemagne, Barack Obama est venu délivrer un message d’espoir pour une mondialisation « qui doit changer de cap » et « intégrer l’homme », se prononçant à Athènes pour une restructuration de la dette grecque. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin, de notre correspondant.-  Dans la capitale allemande, où l’avion du président américain Air Force One s’est posé ce mercredi 16 novembre à 18 heures, les paroles prononcées quelques heures plus tôt par Barack Obama dans l'immense centre culturel Stavros Niarchos d'Athènes, ont apporté un peu de baume au cœur d’une classe politique et d’un gouvernement allemands toujours sous le choc de la victoire électorale de Donald Trump. Dans un discours truffé de références et de mots grecs où il n’a à aucun moment cité le nom de son successeur, M. Obama a appelé à un « changement de cap » dans la mondialisation afin de réduire les inégalités.