Trente ans après la «révolution de velours»: Hrabal, l’anti-héros dans l’ombre de Havel

Par

Il y a trente ans, la « révolution de velours » portait à la présidence de la Tchécoslovaquie Václav Havel, figure de l’écrivain dissident. Dans son ombre, un autre auteur : Bohumil Hrabal. Emprisonné cinq ans, le premier incarnait la résistance frontale au régime communiste. Le second jouait d'une sorte de dissidence de velours. Souvenirs d’une rencontre à Paris avec « un héros timide ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toutes les révolutions ont quelque chose de théâtral. Mais la « révolution de velours » qui se déroula du 16 novembre au 29 décembre 1989 dans l'ex-Tchécoslovaquie (et dont l'anniversaire a rassemblé plus de 200 000 manifestants ce samedi à Prague) le fut littéralement. Le quartier général de cette révolution était un théâtre. Son leader Václav Havel, un dramaturge. Ses héros, des comédiens et des musiciens.