Guerre de Gaza : l’ultime victoire d’Ariel Sharon

Par

1.300 morts et plus de 5.500 blessés côté palestinien. Un premier bilan peut être fait de ces trois semaines de guerre à Gaza. Elle est la continuation logique de la politique engagée par Ariel Sharon dès 2000, et qui a installé durablement Israël dans un état de guerre permanent. Analyse et retour sur les années 2000.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ariel Sharon est toujours vivant. Depuis trois ans, il est hospitalisé à Tel-Aviv, plongé dans un coma jugé irréversible. Mais l'ancien premier ministre, celui qui a participé ou a conduit toutes les guerres depuis la création de l'Etat hébreu en 1948, pèse encore de tout son poids sur la politique israélienne. La guerre de Gaza peut apparaître comme son ultime victoire, l'une des dernières pages de son testament. Car cette offensive israélienne est la suite logique de l'équation politique que «Arik», comme le surnomment ses proches, a méthodiquement construite depuis 2000.