Lorsque le Parquet de Paris annonce, lundi 21 janvier, la mise en examen de Ömer Güney dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leila Soylemez – les trois militantes de la guérilla kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) –, le 9 janvier dans les locaux du Centre d’information du Kurdistan (CIK) à Paris, les enquêteurs n’ont pas la moindre idée du mobile ni des complices.