mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Mediapart mar. 27 sept. 2016 27/9/2016 Édition du matin

Pour les peuples berbères, ce qui se passe au Mali est «une vraie révolution»

17 février 2013 | Par Thomas Cantaloube

Fathi Khalifa, le président du Congrès mondial amazigh, estime que le mouvement des Touaregs au Nord-Mali s'apparente à celui des autres révolutions arabes et qu'il faut désormais négocier politiquement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Fathi Khalifa est le président du Congrès mondial amazigh. Cette organisation, créée en 1995, défend les droits et les intérêts de ce qu'elle nomme la « nation amazigh », c’est-à-dire celle des peuples berbères. Éclatés sur l’Afrique du Nord et le Sahara, les Berbères répondent à différents noms et groupes ethniques : Kabyles, Touaregs, Rifains, Chleuhs, Zayanes… Aujourd’hui, la guerre au Mali et les futures négociations politiques pour trouver une porte de sortie à cette crise ont fait resurgir la question de ces populations tiraillées entre différentes nations, au travers des Touaregs et du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Même si l’Azawad – c’est-à-dire la moitié nord du Mali –  comprend d’autres populations que les Touaregs (Arabes, Songhaïs, Peuls…), ce sont eux le fer de lance de ce qui se joue en ce moment.