International Lien

Chez Goldman Sachs, les hommes sont payés deux fois plus que les femmes

La branche britannique de la banque internationale Goldman Sachs a rendu, ce vendredi 16 mars, un rapport sur les inégalités salariales entre les hommes et les femmes au sein de l’établissement. Bilan : les femmes touchent en moyenne 55 % de moins que leurs homologues masculins.

La rédaction de Mediapart

17 mars 2018 à 11h26

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

À la City de Londres, les salariés masculins de la banque d’investissement Goldman Sachs gagnent en moyenne plus du double du salaire moyen des femmes et bénéficient de primes beaucoup plus avantageuses, a indiqué l’établissement dans les conclusions d’un rapport publié par The Guardian.

Cette étude sur l’écart salarial entre les hommes et les femmes révèle dans le détail que les salariées gagnent 55,5 % de moins que la moyenne masculine de Goldman Sachs International, qui emploie environ 7 400 personnes à Londres. Les primes des femmes sont de 72,2 % inférieures à celles des hommes.

La banque a expliqué ce fossé par le fait que les postes à responsabilité sont occupés à 83 % par des hommes. En revanche, les femmes détiennent 62,4 % des emplois les moins bien rémunérés.

  • Le détail de l’étude est à lire ici.

La rédaction de Mediapart


15 commentaires

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne