Syrie : vie (et mort ?) idéologique du Baas, parti de la «résurrection arabe»

Par

Aujourd’hui vitrine sans pouvoir de décision, le parti Baas a largement contribué à façonner le régime syrien depuis sa création au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Ses orientations idéologiques servent encore de paravent au clan Assad.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À sa chute, que faudra-t-il retenir du régime baasiste syrien ? La profession de foi de Michel Aflak, l’un de ses théoriciens (chrétiens) majeurs ? Les calicots suspendus au-dessus du marché de Damas célébrant l’arrivée de Hafez El-Assad, accueilli en libérateur du joug des généraux baasistes ? Les slogans des années 1950 répétés aujourd’hui encore aux enfants de toutes les écoles du pays, pour asseoir l’allégeance au président Bachar El-Assad ? Bien avant d’être bannie de l’Organisation de coopération islamique (OCI), mi-août, la Syrie a inspiré le Proche-Orient et porté l'ambition d'un panarabisme triomphant. C’est ce modèle (ou ce qu'il en reste), celui d'un parti Baas officiellement au pouvoir en Syrie depuis six décennies, qui s’effondre aujourd’hui.