Chili: un «Front de gauche» veut créer la surprise aux élections

Par Marion Gonidec

Présidentielle et législatives, dimanche au Chili : en marge du duel entre la droite de Sebastián Piñera et la majorité sortante de centre-gauche du candidat Alejandro Guillier, s’est constituée une troisième force, la gauche radicale du Frente Amplio. C'est une coalition d’organisations, certaines issues des mouvements étudiants de 2011, qui rappelle la France insoumise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Actualisation, lundi 20 novembre. Le candidat de la droite, Sebastian Piñera, est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche 19 novembre, avec 36,7 % des suffrages. Il devance son rival de centre-gauche, le sénateur socialiste Alejandro Guillier (64 ans), qui a réuni 22,6 % des votes. La surprise est venue de Beatriz Sánchez, candidate du Frente Amplio, qui fait un score plus élevé que prévu avec 20,3% des voix, et apparaît en situation d'arbitrer le second tour qui se tiendra en décembre. Ci-dessous notre article, publié vendredi 17 novembre et qui présente ce qu'est ce Frente Amplio.