A Munich, l’angoisse des tenants de l’«ordre international libéral»

Par

Selon Le Temps de Genève, le repli des États-Unis dicté par Donald Trump bouscule l’ancien ordre mondial au profit de la Chine. L’Europe, Allemagne en tête, veut prendre le relais, ont expliqué à la Conférence sur la sécurité de Munich des responsables européens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et si nous assistions, en 2018, à la fin de l’« ordre international libéral » imposé par les États-Unis et leurs alliés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ? Cette interrogation a rebondi d’un groupe de discussion à l’autre durant tout le week-end à Munich où se tenait une conférence annuelle sur la sécurité. Il y a un an, au lendemain de l’élection de Donald Trump, cette crainte était déjà formulée par certains. Aujourd’hui, la question est de savoir si on peut encore l’éviter.