Une entreprise liée à la campagne de Trump accusée d’avoir volé les données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook

L’entreprise d’analyse de données Cambridge Analytica, impliquée dans l’élection de Donald Trump ou dans la campagne pro-Brexit, est soupçonnée d’avoir volé les données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook à des fins électorales. Elle a été suspendue par le réseau social américain.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

L’entreprise d’analyse de données Cambridge Analytica, qui a notamment travaillé pour la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016, est soupçonnée d’avoir recueilli sans leur consentement les informations personnelles de 50 millions d’usagers du réseau social Facebook. Le but de l’opération ? Élaborer un logiciel prédictif permettant d’influencer le vote des électeurs, comme l’ont révélé le New York Times et The Observer, l’édition dominicale du quotidien britannique The Guardian, dans une enquête commune.

Facebook a annoncé avoir « suspendu » les accès de Cambridge Analytica de la maison mère de la société, Strategic Communication Laboratories (SCL), ainsi que ceux d’Aleksandr Kogan, psychologue à l’université de Cambridge.

En accord avec le réseau social américain, ce dernier a convaincu, en 2014, près de 270 000 personnes de participer à un test de personnalité, lui donnant ainsi accès à leurs réponses mais aussi à leurs données Facebook (nom, géolocalisation, likes) et à celles de leurs amis, dans une mise à profit des réglages très permissifs du réseau. À partir de ces 270 000 participants, Kogan a ainsi obtenu les informations de 50 millions d’utilisateurs.

Paul Grewal, vice-président et directeur juridique adjoint de Facebook, a annoncé vendredi dans un communiqué que le réseau social avait été trompé : « En 2015, nous avions appris qu’Aleksandr Kogan nous avait menti et avait violé la politique de la plateforme en transmettant les données récupérées sur une application utilisant une interface de connexion de Facebook à SCL/Cambridge Analytica. »

Filiale américaine de la société britannique de marketing ciblé SCL, Cambridge Analytica aurait ensuite utilisé ces bases de données à des fins électorales. L’entreprise est connue pour sa participation à la campagne de Donald Trump mais aussi pour avoir fourni, pendant la campagne du groupe pro-Brexit Leave.EU, des solutions de collectes de données et de ciblage d’audience. 

L’entreprise a été financée à hauteur de 15 millions de dollars par Robert Mercer, un homme d’affaires américain qui a fait fortune dans les hedge funds et qui est l’un des principaux donateurs du Parti républicain.

Selon The Observer, elle a aussi été dirigée par Steve Bannon, l’un des plus proches conseillers de Donald Trump avant d’être évincé de la Maison Blanche à l’été 2017.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous