L’affaire Odebrecht au Pérou: suicide d’Alan García, quatrième président mis en cause

Par

Mercredi, l’ancien président Alan García s’est tiré une balle dans la tête à l’arrivée des policiers venus l’interpeller dans l’affaire des pots-de-vin versés par le groupe de construction brésilien Odebrecht. Avant lui, trois ex-présidents ont été mis en cause : Pedro Pablo Kuczynski, hospitalisé mardi ; Ollanta Humala, qui a purgé neuf mois de détention provisoire ; et Alejandro Toledo, sous le coup d’un mandat d’arrêt international.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il n’a fallu que quelques heures pour que le suspect redevienne un président. Quelques heures et une balle. Visé par un mandat d’arrêt et un ordre de placement en détention provisoire du parquet pour dix jours, l’ancien président péruvien Alan García s’est tiré une balle dans la tête, mercredi, vers six heures du matin (heure locale) peu après l’arrivée des policiers à son domicile. Il est décédé à l’hôpital à 10 heures.