Nucléaire iranien: le Brésil joue les trouble-fêtes, les Etats-Unis accélèrent

Par
Brésil et Turquie signent un accord sur le nucléaire avec Téhéran. Riposte de Washington: un accord avec la Chine et la Russie serait trouvé pour adopter au conseil de sécurité de l'ONU une nouvelle vague de sanctions contre le régime iranien. Elodie Brun, spécialiste des relations entre l'Amérique du Sud et le Moyen-Orient, décrypte l'émergence d'une nouvelle diplomatie brésilienne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le conflit sur l'épineux dossier du nucléaire iranien se double désormais d'un affrontement feutré et totalement inédit entre «vieilles» puissances nucléaires et pays émergents. Lundi à Téhéran, le Brésil et la Turquie annonçaient un spectaculaire accord avec l'Iran sur le transfert de son stock d'uranium à la Turquie en échange de la fourniture d'uranium enrichi à 20%. L'accord plongeait dans l'embarras les Etats-Unis mais aussi les autres pays (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Russie) qui travaillaient sur une nouvelle vague de sanctions contre Téhéran.