Le retour de la Grèce sur les marchés est-il une si bonne nouvelle?

Par

La Grèce s'apprête à faire de nouveau appel au marché pour financer sa dette, après trois ans d'absence et sept ans de crise. Mais ce retour n'a rien de l'épilogue d'une crise interminable. C'est bien plutôt une impasse de plus qui, cependant, met en relief l'exigence d'une réduction du stock de dettes. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Grèce s’apprête donc à « revenir sur les marchés » et à émettre une dette de marché d’un montant de 4 milliards d'euros et pour une maturité de cinq ans. Même si selon le site grec Macropolis, l'opération devrait avoir lieu la semaine prochaine seulement, le succès de la manœuvre semble acquis, trois ans après la dernière apparition de la République hellénique sur le marché. À cette époque, le gouvernement de « grande coalition » d’Antonis Samaras avait levé 4,5 milliards d’euros à trois et cinq ans. Sans doute son successeur, Alexis Tsipras, devenu premier ministre en janvier 2015, célébrera-t-il ce retour comme un succès de sa politique économique, laquelle est en réalité entièrement inspirée par les « institutions » qui pilotent le troisième plan « de sauvetage » lancé en août 2015.