« Il y a un problème de l’islam en France », a déclaré, lundi 9 juin 2014 sur la radio publique France Inter, le nouvel académicien Alain Finkielkraut, en regrettant « que l’on abandonne ce souci de civilisation au Front national » (lire et écouter ici ses propos). À cette banalisation d’un discours semblable à celui qui, avant la catastrophe européenne, affirmait l’existence d’un “problème juif” en France, nous avions répondu par avance, le 18 août 2013, en prenant le parti de nos compatriotes d’origine, de culture et de religion musulmanes contre ceux qui les érigent en boucs émissaires de nos peurs de l’avenir. Voici à nouveau ce parti pris, publié juste après le coup d’État égyptien de l’été dernier, mené par les forces armées contre le président Mohamed Morsi.