La leçon politique de la maire «rebelle» de Madrid

Par

Dans un entretien à Mediapart, Manuela Carmena revient sur sa première année de gestion « pour tous » de la capitale espagnole, se moque de la « vieille politique » et analyse le blocage politique en Espagne : « Nous avons déjà réussi quelque chose d’important, la fin du bipartisme. » Pour l’ex-juge devenue l’une des figures du renouveau espagnol, la réponse au marasme de l’Europe viendra des grandes villes du continent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si Pablo Iglesias et sa coalition Unidos Podemos n’y sont pas encore parvenus, elle y est arrivée : Manuela Carmena a pris le pouvoir l'an dernier, portée par la plateforme citoyenne Ahora Madrid. Elle dirige depuis l’été 2015 la capitale de l’Espagne, et prétend le faire d’une manière différente. À 72 ans, l’ancienne juge réputée pour ses combats contre le franquisme, qui se définit comme une « politique occasionnelle », est l’une des figures du renouveau de la politique espagnole.