Après l’échec des gauches à s’entendre, l’Espagne en route vers de nouvelles élections

Par

Près de cinq mois après leur nette victoire, les socialistes de Pedro Sánchez ne sont pas parvenus à former un exécutif. Les Espagnols sont appelés aux urnes le 10 novembre, pour leurs quatrièmes législatives en quatre ans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À peine le roi Felipe VI avait-il constaté, mardi 17 septembre, l'incapacité des partis politiques espagnols à s'entendre pour former un exécutif (lire son communiqué), que la campagne pour les législatives du 10 novembre a débuté: « Nous avons tout essayé, mais [...] ce fut impossible de mettre en œuvre le résultat électoral, a lancé le socialiste Pedro Sánchez, le chef sortant de l'exécutif (PSOE), lors d'une conférence de presse en fin de journée. Malheureusement, deux forces conservatrices [le Parti populaire et Ciudadanos - ndlr] et une autre de gauche [Podemos, ndlr] ont choisi de nous bloquer ». Et d'exhorter les Espagnols à « dire les choses plus clairement », le 10 novembre prochain.