La Californie permet désormais aux entreprises de technologie de rédiger leurs propres lois

Objet d'une campagne de propagande qui a coûté plus de 200 millions de dollars, l’électorat californien a adopté la « Proposition 22 » soutenue par Uber et Lyft, excluant définitivement les travailleurs des « plates-formes » en ligne de la protection du travail.

Alex N. Press (Jacobin)

18 novembre 2020 à 13h22

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le 3 novembre, les électeurs californiens ont adopté la Proposition 22, une mesure législative soutenue par les entreprises de l’économie des « petits boulots », fonctionnant sur des applications, et qui les dispense de classer leurs quelque trois cent mille travailleurs comme employés. Les petites lignes de la Proposition 22 stipulent que la mesure ne peut être modifiée avec moins de sept huitièmes de l’approbation du corps législatif de l’État, garantissant ainsi qu’elle ne puisse être annulée.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal