Obama veut profiter des malheurs de Goldman Sachs

Par
L'accusation de fraude portée contre le géant de Wall Street pourrait aider la Maison Blanche qui souhaite faire voter rapidement une loi de réforme des institutions financières.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Réforme du secteur financier ou réforme de Wall Street?» C'est la question que se sont posée les conseillers de Barack Obama quand, il y a quelques semaines, ils ont décidé de pousser le Congrès à voter une loi, promise depuis belle lurette, visant à imposer davantage de régulation en matière bancaire et de transactions financières. La différence entre les deux termes n'était pas une question de substance, mais purement d'éléments de langage à déployer dans les médias. Il a finalement été décidé que la Maison Blanche utiliserait le plus souvent possible la désignation Wall Street, dont l'image est particulièrement négative dans la population américaine.