Il y a eu la Suisse, le Panama, l'Irlande et le Luxembourg. C’est désormais au tour de Malte de voir ses pratiques fiscales déloyales exposées au grand jour. La petite île méditerranéenne a l’honneur d’assurer, jusqu’au 30 juin, la présidence tournante de l’Union européenne pour la première fois de son histoire. Ce paradis fiscal méconnu prive pourtant les pays étrangers, en particulier ses partenaires européens, d’au moins deux milliards d’euros de recettes fiscales chaque année.