Egypte: l’oppression permanente, en toute impunité

La pandémie est l’occasion pour l’Égypte de Sissi, l’un des régimes les plus répressifs au monde, d’accentuer l’oppression à l’extérieur comme à l’intérieur des prisons du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Et si Lina Attalah, l’une des dernières journalistes indépendantes égyptiennes à ne pas être bâillonnée par le régime du dictateur Abdel Fattah al-Sissi, disparaissait à son tour en prison, pour des mois, des années de détention arbitraire ? C’est l’angoisse qui a saisi pendant plusieurs heures, dimanche 17 mai, les cercles militants des droits humains en Égypte et au-delà de l’Afrique et du Moyen-Orient, de l’Europe aux États-Unis. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal