Mali: l'aventure ambiguë de François Hollande

Par Jean-Christophe Riguidel

L'Élysée met en avant ce qui serait une réussite totale de l'opération menée depuis janvier au Mali. Mais les zones d’ombre se multiplient et les interrogations montent sur la façon dont la France renoue avec son rôle de gendarme de l'Afrique de l'Ouest.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour François Hollande le timing semble parfait. Il s’est rendu à Bamako, ce jeudi 19 septembre pour l’investiture du président malien IBK (Ibrahim Boubacar Keita) au moment où la diplomatie française peine à s’imposer sur le dossier syrien. Il s’agit d'ailleurs d’une « deuxième investiture » pour le président IBK, comme s’il s’agissait de donner une nouvelle occasion à la diplomatie française de mettre en scène son succès sahélien.