Pour protéger son fils, Bolsonaro s’attaque aux institutions

Par

Le président brésilien cherche à placer des fidèles à des postes clefs de l’État pour protéger son fils Flávio, qui est au cœur d’un scandale financier. Quitte à passer outre l’opinion de son ministre de la justice Sérgio Moro, l’ex-juge déjà ébranlé par les révélations récentes du site The Intercept. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), correspondance.– Le président brésilien Jair Bolsonaro multiplie nominations et pressions pour tenter de mettre à l’abri ses proches touchés par des affaires. Cette stratégie déstabilise également celui qui était jusque-là son allié, l’ancien juge Sérgio Moro, un ministre de la justice déjà ébranlé par les révélations du site The Intercept sur les dérives et calculs politiques de l’immense opération anticorruption « Lava Jato », qui a abouti à l’incarcération de l’ex-président Luis Inácio Lula da Silva.