Au Brésil, WhatsApp est en passe de se retourner contre Bolsonaro

Par

Accusée d’être une autoroute à fake news, l’application de messagerie qui équipe 120 millions de Brésiliens pourrait devenir le principal problème du candidat d’extrême droite, après avoir été son atout. Le tribunal suprême électoral du Brésil a approuvé vendredi 19 octobre l’ouverture d’une enquête sur l’envoi de messages payés par des entreprises qui lui sont notoirement favorables. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le tribunal suprême électoral du Brésil a approuvé vendredi 19 octobre l’ouverture d’une enquête sur les accusations portées contre le candidat de l’extrême droite à l’élection présidentielle, Jair Bolsonaro, d’utiliser l'application WhatsApp pour diffuser des messages publicitaires à caractère politique. De son côté, WhatsApp, filiale de Facebook, a déclaré vendredi avoir pris des mesures immédiates pour empêcher les compagnies d'envoyer des messages publicitaires à caractère politique, notamment par l'envoi de lettres de mise en demeure à destination de ces sociétés.