Venezuela: loin des regards, la répression dans les quartiers populaires

Par

Hors champ, le pouvoir maduriste et ses soutiens répriment dans la violence. Les quartiers populaires, qui avaient précédé par des mobilisations l’autoproclamation de Juan Guaidó comme président, sont en première ligne. Les soutiens du président « socialiste » assurent, eux, faire face à des « délinquants ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Caracas (Venezuela), de notre envoyé spécial.– « Quand la police est arrivée, nous avons crié que c'était une manifestation pacifique. Ils ont tiré ce que l'on pensait être des chevrotines. Un des manifestants a dit qu'un gamin est tombé à terre. Nous avons appris plus tard qu'il n'avait pas reçu des tirs de chevrotine mais une balle », nous raconte ce comptable aux muscles saillants, Kervin Arginzones.