Guerre en Syrie: Israël campe sur ses positions

Par

Si Israël a dénoncé l’attaque à l’arme chimique, le pays n’entend pas modifier sa politique vis-à-vis du conflit syrien. L’État hébreu s’en tient à des frappes ciblées pour empêcher les convois d’armes à destination du Hezbollah, allié du régime syrien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jérusalem, de notre correspondante.- Au lendemain de l’attaque à l’arme chimique du 4 avril dans la province d’Idlib, en Syrie, le ministre israélien de la défense, Avigdor Liberman, a ouvertement pointé la responsabilité de Damas. « Nous savons que c’est une opération syrienne [menée] par [Bachar al-]Assad de A à Z », a-t-il affirmé dans les colonnes du journal Yedioth Aharonoth. C’est « sûr à 100 % », a-t-il insisté. Jamais une haute autorité israélienne n’avait dénoncé aussi fermement le régime syrien depuis 2011.