En Egypte, la machine répressive fonctionne à plein régime

Par

La condamnation à mort de l'ancien président Mohamed Morsi n'est qu'une illustration de la répression sauvage en cours. Des condamnations à la peine capitale sont distribuées à tour de bras. La FIDH dénonce les tortures infligées aux opposants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondante au Caire.- Les États-Unis et l’ONU se sont dits « préoccupés » par la condamnation à la peine de mort prononcée en Égypte contre l'ancien président, Mohamed Morsi, samedi 16 mai. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, proche de la confrérie des Frères musulmans, a fustigé « un retour à l’Égypte antique ». La France n'a pas réagi : est-ce la finalisation en cours de l'achat de 22 avions de chasse Rafale par Le Caire qui a rendu le pouvoir français silencieux ?