À Alger, Fillon en VRP du nucléaire et de l’Union pour la Méditerranée

Par
Après le refus de la Libye de Kadhafi de se rendre à Paris le 13 juillet au sommet de l’Union pour la Méditerranée, François Fillon va tenter ce week-end d’arracher le soutien du président algérien Bouteflika, soutien devenu indispensable pour donner quelque crédibilité à ce projet si cher à l'Elysée. Entouré d'hommes d'affaires, le premier ministre tentera également de faire avancer le dossier de coopération nucléaire même si un porte-parole d'Areva parle d'une affaire de "plusieurs décennies".

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est la nouvelle capitale à la mode pour le gouvernement français. Après Bernard Kouchner, Fadela Amara et Jean-Louis Borloo, c'est au tour de François Fillon de se rendre en visite officielle à Alger, samedi 22 et dimanche 23 juin. Le premier ministre y sera accompagné notamment de Christine Lagarde, ministre de l'économie et des finances, du secrétaire d'Etat à l'aménagement du territoire, Hubert Falco, ainsi que de quatorze chefs d'entreprise, dont les représentants de Saint-Gobain, Total, EADS et Areva.